vendredi 16 janvier 2015

Élections québécoises du 7 avril 2014: Quel bilan pour les patriotes sociaux?

Version légèrement modifiée d'un article que j'ai écrit pour le journal français Militant  en guise de bilan des dernières élections québécoises. Le site de ce journal se trouve à l'adresse suivante: http://journal-militant.fr/

ÉLECTIONS QUÉBÉCOISES DU 7 AVRIL 2014: QUEL BILAN POUR LES PATRIOTES SOCIAUX?


Les dernières élections québécoises qui se déroulèrent le 7 avril 2014 ont vu la défaite écrasante du Parti Québécois et la victoire non moins écrasante du Parti Libéral.  Le taux de participation a été de 71.44% et le PQ a obtenu son plus faible score depuis sa première participation électorale en 1970, soit 25.38%. Il a obtenu 30 sièges sur les 125 de l'Assemblée Nationale (parlement québécois) tandis que le PLQ en a obtenu 70 et a récolté 42% des suffrages. Pour les lecteurs européens il est important de savoir que le mode de scrutin au Québec et au Canada est majoritaire, c'est-à-dire que c'est le parti politique ayant récolté le plus grand nombre de circonscriptions qui est déclaré gagnant et ce même si son plus proche adversaire a obtenu un plus grand pourcentage de votes. Le PQ est retourné dans l'opposition officielle après avoir détenu le pouvoir durant 18 mois à la tête d'un gouvernement minoritaire. Le PLQ, quant à lui, dirige maintenant un gouvernement majoritaire. Un gouvernement minoritaire est toujours marqué par une certaine instabilité et peut être renversé en chambre par les partis d'opposition tandis qu'un gouvernement majoritaire est assuré de rester au pouvoir jusqu'aux élections suivantes à moins d'un évènement extrêmement grave.

La victoire du Parti Libéral du Québec, fédéraliste et néolibéral, est certainement un sujet d'une grande déception pour les patriotes sociaux et pour le peuple québécois en général. Le PLQ s'apprête déjà à mettre en place un paquet de mesures d'austérité au nom de "l'assainissement des finances publiques". Les programmes sociaux seront encore une fois victimes de compressions budgétaires importantes comme ils le furent sous les gouvernements précédents tant du PLQ que du PQ. Néanmoins il s'avère important de mentionner que le Parti Québécois ne représente en rien une quelconque alternative politique pour notre combat patriotique et social. Le PQ prétend qu'il est favorable à l'indépendance du Québec tout en voulant conserver le dollar canadien comme monnaie et en préconisant des frontières ouvertes avec le reste du Canada! Sans compter son appui inébranlable au libre-échange, notamment l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) depuis 1994 et aujourd'hui à l'Accord de libre-échange Canada-Europe. Sans doute pour mieux défendre la souveraineté économique du Québec! Tout au long de la campagne électorale le PQ avait peur de parler de souveraineté et de la tenue d'un éventuel référendum sur cette question et préférait miser sur un "bon gouvernement péquiste"! L'incohérence du PQ sur la question nationale québécoise ne peut être mieux illustrée.

Le Parti Québécois depuis sa création en 1968 a oeuvré à la destruction de l'identité canadienne-française. Il a entièrement laïcisé le système d'éducation québécois en 1998 en abolissant les commissions scolaires confessionnelles, pour les remplacer par des commissions linguistiques, et en enlevant ce qui restait d'enseignement religieux. Il a crée un cours nommé Éthique et Culture religieuse (ECR), en remplacement de l'enseignement religieux catholique ou protestant, qui place toutes les religions sur le même pied et qui est la négation suprême de nos racines chrétiennes. Son projet de Charte des valeurs et de la laïcité, pouvait au départ être perçu comme une manière de limiter la présence de l'Islam dans la société québécoise, mais très rapidement il est devenu un instrument visant à enfoncer davantage le clou de la laïcité au Québec en interdisant tout signe religieux ostentatoire de la part des employés de la fonction publique et en imposant à ces derniers une "neutralité" absolue en matière religieuse. Suite à certaines pressions du Mouvement Laïc Québécois, le gouvernement péquiste a décidé d'inclure le retrait du crucifix de l'Assemblée Nationale, alors que ce symbole religieux fait partie intégrante de notre histoire et de notre culture. Ce projet de Charte était donc indéfendable pour tout patriote social qui se respecte, car le pays du Québec ne se construira pas en détruisant nos racines et nos valeurs chrétiennes et en faisant fi de notre histoire.

Pour les patriotes sociaux québécois le résultat des élections du 7 avril ne doit pas devenir un prétexte pour le découragement et l'abandon, même si le Parti Libéral est profondément fédéraliste, néolibéral et aussi intimement lié au lobby juif. Les organisations juives sont en général très proches du PLQ et l'ont toujours soutenu généreusement. Il est important également de ne nourrir aucune illusion envers le PQ, qui est très bien intégré à l'élite mondialiste au même titre que les autres partis du système. Il faut rejeter tout soutien à la soi-disant démocratie parlementaire qui n'est qu'un paravent pour le règne de l'oligarchie. La lutte pour l'indépendance du Québec doit être basée sur la défense et la revalorisation de notre identité canadienne-française et chrétienne face au rouleau compresseur anglo-saxon ainsi que sur le combat contre le mondialisme apatride et néolibéral. Il en va de la survie de notre peuple et de son droit inaliénable à l'autodétermination.

Richard  Chartrand
Directeur du Cercle Militant Québécois