A la mi-septembre 2013, alors qu’une fois de plus, les Etats-Unis et leurs alliés de l’axe américano-sioniste s’apprêtaient à agresser la Syrie, Barack Obama acceptait la proposition russe de contrôle de l’armement chimique de la Syrie suivi de sa destruction, prenant d’ailleurs à contrepied un François Hollande qui, incapable de redresser une France toujours plus déclinante, veut jouer les redresseurs de torts dans un Etat souverain au nom d’un prétendu droit d’ingérence décrété au nom de la loi du plus fort.
L’événement est d’importance : depuis la disparition de l’URSS en 1991, – et même depuis les années 1920 si l’on considère la longue durée – les Etats-Unis d’Amérique, bras armé du projet politique mondialiste, n’ont cessé d’étendre leur influence et leur pouvoir dans le monde, éliminant au mépris de la légalité internationale dont ils se prétendent les champions tout ce qu’ils perçoivent comme un danger pour leurs intérêts : Slobodan Milosevic, Saddam Hussein, Kadhafi, peut-être même Hugo Chavez et d’autres encore en ont fait les frais. Certes, ils ont déjà connu des échecs, notamment en Biélorussie et en Ukraine, voire en Géorgie où les «révolutions de couleur » ont fait long feu : mais ils agissaient à la marge de leur zone d’influence.
Avec la Syrie, au moyen d’une rébellion téléguidée et soutenue par l’Otan et les pétro-monarchies du Proche-orient, il s’agit de détruire un régime qui, depuis les années 1970 s’oppose à l’emprise américano-sioniste et rejette la mouvance islamiste et qui, contre toute attente, parce qu’il reste soutenu par la majorité de la population syrienne, résiste à cette subversion sanglante. Or pour la première fois plus de vingt ans, les États-Unis suspendent leur politique belliciste. Tout était prêt pourtant: selon un scénario bien rôdé, le régime de Bachar Al Assad avait été diabolisé, présenté comme un « mal absolu », dans la lignée de ces épouvantails fuligineux dont le parangon est le IIIe Reich. Comme d’habitude, il s’est agi de provoquer ou susciter un événement leur permettant d’accuser celui qu’ils veulent abattre de l’avoir commis et de l’attaquer au nom de la légitime défense, sanctifiée la main sur le cœur par la défense proclamée de la démocratie et de la liberté : en1898 l’explosion du cuirassé Maine justifie l’attaque de l’Espagne ; le torpillage du Lusitania, faux navire de commerce provoque l’attaque de l’Allemagne wilhelmienne … en 1999 de prétendus massacres au Kosovo justifient l’agression de la Serbie ; le mensonge des couveuses de Koweit City en 1992 puis celui des armes de destruction massive en 2003 justifient l’agression contre l’Irak de Saddam Hussein ; les attentats du 11 septembre 2001 justifient l’invasion de l’Afghanistan, sans oublier la crapuleuse attaque de la la Libye soldée par l’ignominieux assassinat de Kadhafi.
En Syrie, un casus belli avait été trouvé dans l’accusation de dépassement d’une « ligne rouge » préalablement fixée arbitrairement par Obama, à savoir l’usage de gaz chimiques sur la population civile. Et pourtant rien ne s’est produit. Quelles raisons ont pu motiver un tel recul ? Contrairement à leurs prédécesseurs menant le combat contre le projet mondialiste à dominante anglo-saxonne, tant Bachar el Assad que Vladimir Poutine, son principal soutien, n’ont pas commis l’erreur de tomber dans le piège de la réponse guerrière mais ont choisi la voie diplomatique, déstabilisant ainsi leur adversaire mondialiste. Ensuite, après des années de guerres loin de ses bases, l’Oncle Sam n’a plus les moyens de soutenir un effort de guerre au même rythme, d’autant plus que le « moteur » interne des États-Unis – comme celui des états de l’U.E. – se grippe : crise financière, désindustrialisation, affaiblissement sérieux de la prédominance du peuplement blanc, créateur de ce vaste pays. Conjointement, d’autres états se relèvent, comme la Russie, ou émergent, forts de leur puissance industrielle croissante et de leur poids démographique, comme la Chine et son en mesure de s’opposer à l’impérialisme mondialiste aux couleurs états-uniennes.
Sans préjuger de l’avenir – car, n’en doutons pas, les Occidentaux rechercheront une autre occasion de parvenir à leur fin, à savoir la mise sous tutelle américano-sioniste du Proche-Orient – l’accord américano-russe sur la Syrie permet à Obama de sauver la face dans une affaire qui est mal engagée : « punir » la Syrie en la bombardant aurait pour conséquence inévitable une intervention au sol plus hasardeuse que celles d’Irak et d’ Afghanistan, alors que les opinions publiques, échaudées par les mensonges d’État ayant justifié l’intervention en Irak, rejettent tout aventurisme guerrier et que les état-majors sont plus que réservés à ce sujet. En outre, agir une nouvelle fois illégalement, dans le mépris du droit international en vigueur ferait plus que jamais apparaître les Etats-Unis comme l’Etat-voyou qu’ils sont en fait.
De toute évidence, il semble que nous soyons à un tournant historique. Il se pourrait que la présente affaire syrienne soit d’une nature comparable à l’échec de la conquête de la Germanie sous Auguste, en l’an 9 : le désastre de Varus apparaît rétrospectivement comme la fin de l’expansionnisme de Rome, comme si le moteur interne de l’empire avait subi une rupture. Certes, il connut encore quelques développements, comme la conquête de la Dacie par Trajan, mais jamais plus Rome ne parvint à reprendre une expansion comme elle l’avait fait depuis la conquête de Tarente en 278 av. J.C.
De nos jours, les Occidentaux pourront encore obtenir des succès, mais ceux-ci ne seront plus significatifs : désormais ils n’ont plus la force intérieure suffisante pour dominer la planète, minés qu’ils sont par une démographie en déclin, une décadence morale et spirituelle destructrice et un climat de crise économique endémique du à la nature viciée de son système financier prédateur et à la dictature du marché sacralisé. Les peuples inclus dans l’orbe occidentale américano-sioniste ne trouveront leur salut qu’en s’y soustrayant : telle est l’œuvre à laquelle doivent s’atteler les nationalistes de tous les pays, à commencer par les nationalistes français.
MILITANT