samedi 24 août 2013

L'économique et le national: extraits d'un discours du chanoine Lionel Groulx

Extraits d'une conférence du prêtre et historien canadien-français Lionel Groulx ou il aborde notamment la question de la nécessité de  l'émancipation économique du peuple canadien-français. Cette conférence a été prononcée en 1936 devant la Chambre cadette de commerce de Montréal et devant le Jeune barreau de Québec. On peut trouver l'intégralité de son discours sur le site suivant: http://classiques.uqac.ca/contemporains/groulx_lionel_abbe/economique_et_national/economique_et_national.html

Responsabilité de l'État


Vais-je essayer de définir la responsabilité de l'État ? Il y faudrait une franchise, Messieurs, que beaucoup, je ne vous apprends rien, ne toléreraient pas. N'ayez donc crainte. Fussé-je libre de me mêler à vos querelles politiques, je refuserais de le faire. Il me suffit d'être prêtre. Je commencerai d'ailleurs par vous rappeler que l'État ne peut être tenu responsable en la matière, de façon générale, qu'au titre de sa mission secondaire, qui est de promouvoir la prospérité publique, ou encore, dans la mesure où, pour Promouvoir cette prospérité, il a le devoir d'intervenir dans la vie économique. Je vous rappelle encore que, s'il y a responsabilité de l'État, cette responsabilité, il faut la faire remonter assez loin : jusqu'à il y a 69 ans ; car notre mal économique, j'espère vous le démontrer, tient au premier chef à un manque d'orientation nationale, et c'est depuis 69 ans à tout le moins que nous souffrons de désorientation essentielle. D'autre part, vous le pensez bien, je lis, j'observe, j'entends parler et j'écoute comme tout le monde. Mon métier d'historien m'a révélé quelques-uns des ressorts secrets de la politique. Et je crois savoir un peu ce qui se passe dans le monde contemporain. Mes lectures m'ont appris, entre autres choses, que si les chefs des grandes oligarchies industrielles ou financières sont volontiers jaloux de leur indépendance contre toute ingérence ou toute surveillance de l'État, en revanche ils ne se font pas faute de surveiller eux-mêmes l'État et de s'ingérer en sa politique. Et vous savez, comme en tous pays du monde l'on parle mal, par le temps qui court, du régime parlementaire. "En régime parlementaire", disait quelqu'un récemment, "l'État n'est pas libre, parce que manoeuvré plus ou moins consciemment par les concentrations économiques." Et celui qui parle ainsi n'est nul autre qu'Oliveira Salazar, le dictateur portugais, le moins bruyant, mais, à mon sens, le plus digne, le plus constructeur, le plus grand des dictateurs contemporains. Que faut-il penser, Messieurs, de pareils jugements ? Qu'en est-il chez nous ? Dans quelle mesure l'État a-t-il perdu sa liberté ou sa liberté est-elle menacée ? Je vous ai prévenus que je ne répondrais pas à ces questions. J'entends dire, du reste, qu'on s'en charge abondamment de part et d'autre. Qu'il me suffise d'énoncer, sur le rapport de l'économique et du national, quelques-uns des devoirs de l'État et d'autres groupes ou personnages que l'État.

Devoirs de l'État envers la culture nationale


Retour à la table des matières

l'État, comme l'on sait, a une double mission : une mission principale qui a pour objet la paix publique par la détermination et la protection des droits civils et Politiques ; une mission secondaire qui est de promouvoir la prospérité générale de la société : une prospérité organique, cela va de soi, où les facteurs, temporels et spirituels, s'agencent et s'ordonnent hiérarchiquement. Or vous n'avez pas oublié les prémisses ou les postulats que je posais au début de cette causerie. En 1867 nous avons demandé et nous avons obtenu la résurrection politique du Canada français. Nous l'avons demandée, je vous l'ai encore rappelé, principalement pour des motifs d'ordre moral et culturel. Faire de cette province un État français, dans le cadre fédéral si possible, c'est donc notre droit strict, un droit que l'on ne saurait nous contester, pas plus que l'on ne peut contester à la France le droit d'être française, à l'Irlande le droit d'être irlandaise, à l'Allemagne le droit d'être allemande. Etre français, rester français, c'est même plus que notre droit, c'est notre devoir et notre mission. Mais ce droit, ce devoir, cette mission, se fondent, en définitive, sur quoi ? D'un mot : sur le prix que nous attachons au bien national et sur la valeur qu'effectivement ce bien représente. Autrement dit, par cela que nous sommes de descendance et d'hérédité françaises, d'es. prit latin et catholique, nous estimons posséder un potentiel de culture qui, pour le développement de la Personnalité humaine de chacun de nous et pour l'ensemble même de notre collectivité, représente un climat moral, un milieu éducateur, un capital spirituel à la vérité irremplaçables. Pour ces raisons, l'État a l'obligation de se rappeler que le bien national, notre avoir culturel, fait partie intégrante du bien commun dont il a spécialement la responsabilité. Et puisque l'économique et le national ne sont point sans rapports l'un à l'égard de l'autre, l'État a encore l'obligation de se rappeler que le bien national lui impose des devoirs, même en l'ordre économique.

Pas de privilèges, loyale concurrence


Retour à la table des matières

J'espère que mes paroles ne prêtent à aucune méprise. Nous ne sollicitons point et nous ne saurions solliciter un régime de faveur, encore moins une tutelle pour mineurs. Nous confessons n'avoir nul droit à une politique économique d'un paternalisme partial qui ferait de nous un groupe, privilégié, et qui constituerait, en quelque sorte, une prime permanente à la paresse, -à la maladresse, à l'esprit de routine. Nous ne, demandons rien et nous ne pouvons rien demander, du point de vue national, que la politique économique de tout État normal : à égale distance de l'interventionnisme excessif et du libéralisme manchestérien. Mais nous disons qu'une certaine vie économique nous étant nécessaire et de nécessité organique, nous avons droit à un régime qui, non seulement ne mette pas en danger notre avoir culturel, mais qui en favorise l'épanouissement. Et cette définition peut aller assez loin ; elle implique sûrement le droit de ne pas mourir de faim sur notre terre ; le droit à un régime du travail qui laisse à nos classes ouvrières le sens de la dignité, qui ne leur interdise pas la possibilité de l'épargne, l'amélioration graduelle de leur état ; le droit à un régime économique qui nous laisse la possibilité de constituer des classes moyennes, dont les unes s'adonneront aux fonctions d'ordre intellectuel, à la recherche scientifique, aux travaux d'art, à la poursuite des biens de l'esprit, élément essentiel de toute vraie civilisation ; et dont les autres pourront se livrer à un travail indépendant, à des industries indépendantes, avec des chances de parvenir à la vraie richesse ; le droit encore à un régime économique qui laisse possible parmi nous la constitution de grandes fortunes, de classes riches, dans la mesure, bien entendu, où ces classes acceptent de servir la collectivité, contribuent au succès des grandes entreprises de l'industrie et du commerce, au développement des sciences et des arts, à l'indépendance économique des leurs, au soulagement des infortunes humaines. À plus forte raison, ma définition implique-t-elle le droit de n'être pas gouvernés contre nous-mêmes. Et cette formule veut dire un régime économique de loyale concurrence, de fair-play. Car, pour ce coup, intervient la mission première de l'État, qui est la détermination et la protection des droits. Si nous n'avons nul droit à des privilèges, nous avons sûrement le droit à des chances égales à celles de nos rivaux ; et plus encore avons-nous le droit de n'être pas éliminés de la bataille économique par des procédés, des organisations industrielles ou financières qui constitueraient une violation flagrante des lois de notre pays et de notre province. Et ici je ne crois pas trop m'aventurer ni mettre en garde contre des fantômes. Les monopoles existent, puisque les tribunaux en ont condamnés ; ils existent puisqu'il a fallu créer des commissions d'État pour rogner les griffes de quelques-uns. Des hommes, hommes de finance et d'autres, nous disent parfois : "Vous n'aviez qu'à prendre comme les autres ; les richesses étaient là, à la portée de tout le monde." C'est bientôt dit. Encore faut-il que les chances de prendre soient égales pour tout le monde et que l'on ne nous invite pas à prendre quand tout est pris.

La minorité et nous


Retour à la table des matières

En parlant ainsi, Messieurs, veuillez le croire, je n'ignore point que nous ne sommes pas seuls en cette province. Et voici encore revenir le sujet délicat qu'il ne faut pas passionner. Et vous savez qu'il est passé en tradition chez nous que l'on ne puisse réclamer justice pour ses compatriotes canadiens-français, sans s'en excuser auprès de ses compatriotes d'autres races. Je crois pourtant que vous me permettrez d'énoncer quelques propositions : en cette province et depuis 150 ans, nous avons traité avec assez de justice et de générosité les groupes minoritaires pour qu'ils n'aient pas à s'effrayer d'une politique comme celle que je viens de définir. Une politique canadienne-française n'est pas nécessairement, que je sache, une politique d'agression ni d'injustice à l'égard de qui que ce soit. Nous ne songeons à dépouiller personne ; seulement nous n'entendons pas, non plus, être dépouillés. Nous n'empêchons personne de vivre ; mais nous voulons vivre nous aussi. Et j'estime que ce n'est pas prendre la place des autres que de prendre la nôtre. Je ne suis, ai-je besoin de le dire, ni anti-anglais, ni anti-juif. Mais je constate que les Anglais sont pro-Anglais et que les Juifs sont pro-Juifs. Et dans la mesure où pareille attitude ne blesse ni la charité, ni la justice, je me garderai bien de leur en faire reproche. Mais alors je me demande pourquoi, et dans la même mesure, les Canadiens français seraient tout, excepté pro-Canadiens français ? Du reste j'oserai même demander s'il est bien dans l'intérêt de la minorité qu'un redressement tarde à s'opérer ? La question qui se pose est bien celle : ci : la situation économique qui prévaut actuellement dans la province de Québec, notre peuple la subira-t-il et peut-il la subir indéfiniment ?


Dangers d'un régime inacceptable :
Avertissement


Retour à la table des matières

Je suis persuadé, pour ma part, qu'il ne la subira pas indéfiniment et qu'il ne peut pas la subir, parce qu'elle n'est pas acceptable. J'appelle une situation économique inacceptable, une situation ou un régime qui met, entre les mains d'une minorité, presque toutes les grandes sources de la richesse, presque tout le crédit, les plus grandes sources d'emploi, presque tous les leviers de commande, et qui, par cela même, constitue une grave menace pour la liberté de l'État et pour notre autonomie politique et nationale ; j'appelle encore régime économique inacceptable, un régime qui, pour ses besoins premiers et vitaux, met la majorité, la population autochtone, à la merci ou à la remorque de la minorité, lui inflige l'humiliation collective en faisant d'elle un peuple d'employés et de serviteurs ; un régime qui, par des conséquences comme celle-là, mine la confiance d'un peuple au génie de sa race et le contraint même à orienter son enseignement, non selon les traditions du génie national, mais vers un sacrifice progressif de sa langue et de sa culture. Eh bien, Messieurs, parlons-nous franchement : croyez-vous qu'un pareil régime soit fait pour durer et pour être enduré ? Je ne vous fais qu'une modeste prière : observez aujourd'hui l'opinion en réalistes : une génération de Canadiens français, la mienne, a pu accepter que, dans cette province, il y ait un grand commerce, une grande finance, de grandes industries, de grandes compagnies d'utilité publique, et que, dans ce commerce, cette finance, ces industries, ces compagnies, qui ne sont que le fruit de l'exploitation des ressources nationales, nous qui sommes après tout la majorité des clients, nous ne tenions, en tout cela, que les rôles les plus infimes et les plus méprisables ; une génération de Canadiens français a pu lorgner ce spectacle d'un peuple qui s'en allait à sa déchéance, comme, d'une confortable loge de bourgeois, l'on suivrait une fiction de comédiens, un drame où l'on n'aurait point de part ; mais vous savez bien qu'une autre génération ne regardera pas du même oeil ce spectacle poignant, parce qu'il la blesse au plus vif de son esprit et de sa fierté, parce qu'il la mord au plus sensible de sa chair. Et vous savez bien également qu'une autre génération n'acceptera pas ce régime parce que, nettement, infailliblement, il aboutit à nous dénationaliser. Certes, je le sais, notre âme, notre moral sont bien bas ; mais je ne sache point que nous soyons encore résignés au suicide. Avant 1837, nos pères qui n'étaient qu'un demi-million, n'ont pas accepté un régime qui tentait de s'emparer de la politique pour accaparer et dominer l'économique. Moi je vous dis que la prochaine génération n'acceptera pas davantage en 1937 le régime qui prétendrait se servir de l'économique pour dominer la politique, et par elle, toute notre vie nationale et spirituelle. Et que l'on ne crie pas au nationalisme provocateur. Il ne s'agit pas de savoir si les paroles que je prononce sont désagréables ; il s'agit de savoir si elles sont justes, vraies, et si elles ont une valeur d'opportun avertissement. Il ne s'agit pas de dresser deux races l'une contre l'autre ; il s'agit de les empêcher de se dresser l'une contre l'autre. Qu'une oligarchie existe et dispose de l'extraordinaire puissance dont je parlais tout à l'heure, c'est un désordre ; un désordre où il peut n'y avoir pas que la faute de l'oligarchie, où la victime elle-même peut avoir sa large part de responsabilité ; un désordre qu'il ne faut pas supprimer par l'injustice ou par la violence, mais un désordre qui doit cesser dans l'intérêt même de ceux qui en profitent. Car si vous laissez se poser et se développer des antagonismes que nul peuple qui veut vivre, et d'une vie libre et fière, n'a jamais endurés, prenez garde. Pour le reste, je ne me flatte point de plaire à certaines gens pour qui la suprême sagesse du sonneur d'alarme est de sonner le lendemain de l'incendie.



jeudi 8 août 2013

Les contradictions de l'Union européenne face au Hezbollah

Article du journaliste français Thierry Meyssan publié sur le site du Réseau Voltaire au sujet de la récente décision de l'Union Européenne de classer le Hezbollah parmi les organisations terroristes. A noter qu'au Canada cette décision a été prise au début des années 2000 sous l'inflence des puissant lobby pro-Israël. (http://www.voltairenet.org/article179620.html)



Les contradictions de l’Union européenne face au Hezbollah

En désignant la branche militaire du Hezbollah comme organisation terroriste, l’Union européenne manifeste son incompréhension de la Résistance libanaise, qui n’est pas et ne veut pas devenir un parti politique, même si elle participe au jeu politique libanais. Bruxelles exprime son allégeance au bloc anglo-saxon (incluant Israël) au détriment de ses propres principes.
.C’est avec trois jours de retard que le Conseil européen a publié son relevé de décision relatif à l’inscription de la branche militaire du Hezbollah sur sa liste des organisations terroristes. Contrairement aux habitudes, la nouvelle avait déjà fait le tour de la terre et le Hezbollah y avait répondu.
Le document officiel a été accompagné d’une déclaration commune du Conseil et de la Commission soulignant que cela « n’empêche pas la poursuite du dialogue avec l’ensemble des partis politiques du Liban et n’affecte pas la fourniture d’assistance à ce pays ». Ce commentaire vise à expliciter la distinction entre branches civile et militaire du Hezbollah qui permet à l’Union européenne de discuter avec la première tout en condamnant la seconde.
Dans la même veine, l’ambassadrice de l’Union européenne, Angelina Eichhorst, est allée rendre visite à Beyrouth au responsable des relations internationales du Hezbollah, Ammar Moussaoui, pour lui dire que cette décision ne changeait rien à leurs relations.
Le problème, c’est que cette décision n’a aucun sens.

Masquer l’aspiration mystique du Hezbollah

Par essence, le Hezbollah n’est pas un parti politique, mais un réseau de résistance à l’invasion israélienne, constitué par des familles chiites sur le modèle des basidjis iraniens dont il a adopté le drapeau (en jaune). Progressivement, la Résistance a incorporé des non-chiites au sein d’une structure ad hoc, et s’est substitué à la défaillance de l’État libanais aussi bien pour venir en aide aux familles de ses blessés et martyrs que pour reconstruire le Sud du pays, entièrement rasé par l’aviation israélienne. Cette évolution l’a conduit à présenter des candidats aux élections et à participer au gouvernement.
Son secrétaire général, sayyed Hassan Nasrallah, n’a cessé d’exprimer sa réticence face à la politique qui n’est pour lui qu’une activité corruptrice. Au contraire, il a saisi toutes les occasions pour réaffirmer son idéal de mourir en martyr sur le champ de bataille, comme son fils aîné Muhammad Hadi, suivant ainsi la voie tracée par l’imam Hussein lors de la bataille de Kerbala.
Par essence, le Hezbollah est le fruit d’une démarche mystique et ne saurait être comparé à un parti politique européen. Ses soldats n’ont rien à gagner à se battre et ont leur vie à perdre. Ils se lancent dans la guerre parce que leur cause est juste et qu’elle est une occasion de sacrifice, c’est-à-dire de développement humain. C’était le sens de la révolution de l’ayatollah Rouhollah Khomeini et c’est le leur.
Malgré l’ambiguïté que fait surgir la traduction de son nom, Hezbollah, en « Parti de Dieu », ce réseau n’est pas une formation politique et n’entend pas le devenir. Sa dénomination, extraite du Coran, figure sur son drapeau : « Quiconque prend pour alliés Dieu, Son messager et les croyants, [réussira] car c’est le parti de Dieu qui sera victorieux ». Il faut comprendre ici l’expression « parti de Dieu » au sens eschatologique : c’est en définitive Dieu qui triomphera du Mal à la fin des temps.
Très étrangement, les Européens —qui majoritairement considèrent comme un acquis démocratique la séparation entre pouvoirs temporel et religieux—, reprochent donc au Hezbollah son essence spirituelle et veulent le « normaliser » en parti politique. Dans leur esprit, les résistants libanais ne sont pas concernés par la colonisation de la Palestine et de la Syrie. Ils feraient mieux de s’occuper de leur carrière politique que de risquer leur vie au combat.
La décision du Conseil européen sera de peu de portée pratique. Elle consiste surtout à interdire aux membres de la « branche militaire » de voyager dans l’Union et gèle leurs avoirs bancaires : mais on ne voit pas pourquoi des clandestins luttant contre les puissances coloniales iraient ouvrir des comptes bancaire chez elles.
Pourquoi donc ce remue-ménage ? L’inscription du Hezbollah sur la liste européenne des organisations terroristes est une vieille revendication de Tel-Aviv, soutenue par l’Empire anglo-saxon. C’est un effort de communication visant à affirmer que les « Bons » sont les Israéliens et les « Mauvais » ceux qui refusent de se faire voler leur terre. Elle a été présentée par le président israélien Shimon Peres aux gouvernements de l’Union, puis au Parlement européen, le 12 mars dernier. Elle a été portée au Conseil européen par les ministres britannique et français des Affaires étrangères, William Hague et Laurent Fabius. Ils ont été rejoints par leurs collègues néerlandais et autrichiens, Frans Timmermans et Michael Spindelegger, après une forte mobilisation des sionistes états-uniens, dont l’ancien gouverneur de Californie, Arnold Schwarzeneger.

Masquer l’échec israélien en Argentine

Il y avait urgence pour les communicants israéliens à agir. En effet, depuis 1994, ils accusent le Hezbollah et l’Iran d’avoir fait sauter l’immeuble de la mutuelle juive de Buenos Aires, faisant 85 morts. Cette version des faits est présentée comme une certitude dans de nombreuses encyclopédies et manuels scolaires. Pourtant, la justice argentine l’a remise en cause depuis des années. En janvier 2013, l’Argentine et l’Iran ont créé une commission de juristes indépendants pour faire toute la lumière. D’ores et déjà, il apparaît que l’attentat était une machination ourdie par l’ancien ministre de l’Intérieur, l’israélo-argentin Vladimir Corach.
Puisque cette affaire ne tient pas, Tel-Aviv a accusé le Hezbollah et l’Iran d’avoir fait sauter un autobus israélien en Bulgarie, faisant sept morts (dont un kamikaze), le 18 juillet 2012. Dans un premier temps, le gouvernement de centre-droit bulgare avait relayé l’accusation, avant d’être contredit par son successeur de centre-gauche. Peu importe, pour le Conseil européen, le Hezbollah est politiquement l’auteur d’un attentat sur le territoire de l’Union à défaut de l’être judiciairement.
D’une manière générale, Israël accuse le Hezbollah d’avoir fomenté et parfois exécuté une vingtaine d’attentats contre des civils un peu partout dans le monde, en trente ans, ce que récuse la Résistance.
La encore, très étrangement, les Européens —qui considèrent la présomption d’innocence comme un acquis démocratique— condamnent le suspect avant même qu’il ait été jugé, ni même mis en examen.

Masquer l’échec européen en Syrie

Sur le fond, il n’a échappé à personne que la vraie nouveauté dans ce dossier n’y figure pas : c’est l’intervention du Hezbollah dans la guerre en Syrie. Puisque nous trahissons notre engagement de renverser le président Bachar el-Assad, apportons au moins notre soutien aux « rebelles » en condamnant le Hezbollah, pense t-on à Bruxelles. C’est cet argument qui, semble t-il, a emporté la décision du Conseil européen. A contrario, cela montre l’incapacité des Britanniques et Français à peser plus longtemps sur un conflit qu’ils ont sciemment déclenché pour s’emparer de la Syrie en brandissant le drapeau de la colonisation, qui est devenu celui de l’Armée syrienne libre.
Surtout cette condamnation a le mérite de clarifier les camps : d’un côté la résistance à l’oppression coloniale, de l’autre les puissances colonisatrices.
Si l’attitude britannique n’est pas étonnante, le Royaume-Uni revendiquant son statut colonial, elle l’est plus en ce qui concerne la France qui a alterné dans son histoire des périodes révolutionnaires et impériales.
Ainsi, la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen, adoptée en 1789, énonce en son article 2 quatre droits fondamentaux, dont la « résistance à l’oppression ». C’est sur cette base qu’en 1940, Charles De Gaulle s’opposa à l’armistice entre la France et le Reich nazi, prenant la tête de la Résistance.
A l’opposé, au cours des années 1880, Jules Ferry incarna l’expansion française voulue par une faction du patronat qui y prévoyait une bien meilleure rentabilité pour ses investissements qu’en France, dans la mesure où c’était le contribuable et non lui qui payait l’armée coloniale. Pour enrégimenter le pays, Ferry rendit l’école publique gratuite et obligatoire. Les instituteurs, appelés « hussards noirs de la République » devaient convaincre les jeunes gens de servir dans les troupes coloniales. Et c’est sous les auspices de Jules Ferry que l’actuel président français, François Hollande, a placé son quinquennat.
Si la France moderne, c’est Charles De Gaulle, elle aurait pu être Philippe Pétain ; un maréchal raisonnable qui considérait la soumission au Reich victorieux d’autant plus souhaitable qu’il y voyait un moyen d’en finir avec l’héritage de 1789. Il est certainement trop tôt pour que les élites françaises le réhabilitent, mais condamner la Résistance libanaise, c’est condamner une seconde fois à mort Charles De Gaulle pour terrorisme.
En définitive, les idéaux qui firent la gloire de la France sont aujourd’hui mieux défendus à Beyrouth qu’à Paris.